Vastaa Viestiin

17-18e siècle : plus de baptêmes que de sépultures : usage ou erreur méthodo ?

foxtf17
male
Viestit: 279
Sukupuu: Graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour,

Sur la période du 17-18e siècle je relève systématiquement beaucoup plus de baptêmes que de sépultures, que je ne trouve jamais.
Comme si les enfants nés ne voyaient jamais leur mort déclarée...
Compte-tenu de la très faible mobilité à l'époque (en tout cas pour ma famille dans le dpt concerné qui est l'Yonne), et de la forte mortalité infantile, je m'attendais à trouver bien plus de décès. Pas de trace de mariages non plus bien sûr.

A votre avis, est-ce que c'est habituel pour l'époque, ou bien mes relevés systématiques ont des failles ?

Bien cordialement

lyonnais92
male
Viestit: 3010
Sukupuu: Graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour,

l'établissement d'un acte pour les sépultures d'enfants morts en bas-âge fait l'objet de pratiques très disparates suivant les lieux et les époques.

J'ai trouvé :

- un acte établi systématiquement

- une mention obiit" ou une croix en marge de l'acte de baptême

- aucune mention (avant "l'âge de raison").

A voir si cela suffit à expliquer la différence (pour les mariages, un certain nombre restaient célibataires).

Cordialement

fvielfau
fvielfau
Viestit: 9748
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
foxtf17 kirjoitti:
11 Toukokuu 2020, 20:45

Compte-tenu de la très faible mobilité à l'époque
ça c'est que vous avez constaté ;)

pour mon GP qui est né à la Réunion, je vous assure que la mobilité de ses ascendants entre 1650 et 1800 est beaucoup plus forte :lol:

donc...
peut-être que les naissances dont vous ne trouvez pas les décès sont des individus qui ont quitté la paroisse.
pour éviter les effets de l'endogamie, les jeunes filles allait chercher leur époux dans les paroisses voisines et réciproquement

la mobilité minimale en plaine rurale à toute époque est au moins 2 ou 3 paroisses alentour ... ce qui représente 49 paroisses (cf graphique)

la mobilité est encore plus forte lorsqu'on est à proximité d'une grande voie de communication (Rhône, Loire) à proximité d'un grande ville ou d'un port. (Paris, Lyon, Saint-Malo, Lorient)


François
Liitteet
49 paroisses.png
49 paroisses.png (2.11 KiB) Katsottu 65 kertaa

fvielfau
fvielfau
Viestit: 9748
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
PS

pour répondre plus précisément à votre question.

l'Edit de Villers-Cotterêts institue en 1559 uniquement les baptèmes

il faut attendre l'Edit de Blois en 1579 pour l'institution des mariages et sépultures

tous les registres paroissiaux ont été assez lacunaires.

souvent il existe des registres différents ou B, M et S
ce qui, en cas d perte d'un registre... peut être regrettable.
et beaucoup de registres disparaissaient, du fait de conflit, incendie, inondation etc...

en 1667, l'Edit de Saint-Germain rappelle les règles et institue le double registre à conserver à la Sénéchaussée ou Baillage
cette ordonnance entraîne un effet pervers : le coût du timbre rend les registres très mal tenus

il faut attendre 1735 (je ne me souviens plus à l'instant du nom de l'édit) pour que les registres commencent à être tenus relativement correctement...

F.

jeremd00
jeremd00
Viestit: 473
Bonsoir,

Cette situation ne me semble pas anormale, en particulier pour le XVIIe siècle car les inhumations d'enfants en bas âge faisaient alors rarement l'objet d'un acte, ce qui représente un certain nombre d'individus dont on perd définitivement la trace. Puis, comme l'a dit lyonnais92 plus haut, ces inhumations ont parfois été reportées en marge de l'acte de baptême vers la fin du siècle.

De mon expérience, c'est surtout après 1700 voire 1710 que les sépultures d'enfants en bas âge sont systématiquement retranscrites dans les registres.

Pour les adultes et les enfants d'âge plus avancé, la question se pose beaucoup moins.
Jérémy

Vastaa Viestiin

Palaa sivulle “Méthodologie généalogique - questions générales”