Vastaa Viestiin

Aide à l'indexation des inventaires de Me Cléophas Péron (1562 à 1595)

jeanpaumelinon
jeanpaumelinon
Viestit: 5354
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=44345
Inventaires de Cléophas Péron - AN ET-XCI-137 (1594)

...
136 JD
143 JD

146 JD
149 Ch
165 Ch

178 JD
180 JD
183 Ch
186 Ch

190 JD vue 190 floue
196 JD
204 JD
210 JD
214 Ch
222 Ch

233 Ch
243 Ch


http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=44346
Inventaires de Cléophas Péron - AN ET-XCI-138 (1587-1595)

1 JD
17 Ch
34 Ch

38 Ch
40 Ch
42 JD
44 JD
58
63
91
99
102
109
111
122
129
133
140
142
145
147
168
171
177
180
184
187
190
214
222
224
231
239
245
275
277
283
288
290
292
Viimeksi muokannut jeanpaumelinon, 20 Huhtikuu 2020, 16:56. Yhteensä muokattu 7 kertaa.
Cordialement
Jean Paul

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Viestit: 6430
jeanpaumelinon kirjoitti:
17 Huhtikuu 2020, 17:38
Les analyses [137-104] et [137- 116] semblent absolument identiques : erreur, l'une est le brouillon de l'autre comme déjà vu ?
Bonsoir JP : oui, on l'a vu 3 ou 4 fois dans la liasse précédente. Lorsque les 2 actes se suivent, on peut ne faire qu'une analyse.

Pour ma part, un petit plaisantin m'a pourvu de 4 actes, sans doute pour me secouer en cette période de confinement :D

[137 - 125] 9 août 1594 – Inventaire dressé après le décès de de défunt noble homme Me Pierre DE BEAULIEU, contrôleur de la grande chancellerie de France, à la requête de son beau-frère honorable homme Durand BAUDOUYN, huissier collecteur des finances à Paris, demeurant rue des Rosiers, paroisse Saint-Gervais, veuf de Marie DE BAULIEU, au nom et comme curateur de Jean BAUDOUYN son fils, âgé de 15 ans ou environ, héritier par bénéfice d’inventaire du défunt, qui fut héritier par bénéfice d’inventaire de défunt Me Jean DE BEAULIEU son père et aïeul maternel dudit Jean BAUDOUYN à cause de ladite Marie DE BAULIEU sa mère, sœur dudit défunt Pierre DE BEAULIEU.
Les biens étant en une maison assise en ladite rue des Rosiers, où demeure ledit Durand BAUDOUYN.

[137 - 127] 13 mai 1594 – Inventaire dressé après le décès de défunte Madeleine CHEVIGNY, à la requête de son veuf Jean TRICOTTET, maître menuisier à Paris, demeurant rue du Bourg-l’Abbé, paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles, en son nom, pour satisfaire à la coutume, et pour la conservation du droit des héritiers de la défunte.

[137 - 136] 8 juillet 1594 – Inventaire de séparation de biens, dressé à la requête d’honorable femme Gillette MARQUIS, auparavant veuve de feu Nicolas DE MENONVILLE, et à présent femme et séparée de biens d’avec Guillaume AUCOCQ, marchand mercier et quincaillier à Paris, demeurant sur le pont aux Meuniers, en la maison où pend pour enseigne le Collet-d’Or, paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois, et en la présence dudit AUCOCQ.

[137 - 143] 5 juillet 1594 – Inventaire dressé après le décès de feu Nicolas DORRY, laboureur à Drancy, à la requête de sa veuve Jeanne QUETIER, y demeurant, en son nom et pour la conservation de ses droits et pour satisfaire à la coutume, et en la présence de Jeanne DORRY, sœur dudit défunt, veuve de feu Charles GUILLORYT, maçon demeurant audit Drancy, habile à être héritière avec les enfants de défunts Louis et Guillaume DORRY … dudit défunt Nicolas DORRY, qui était frère de ladite Jeanne DORRY et oncle desdits mineurs, et en la présence de Louis BARDOU, laboureur demeurant à Drancy, à présent réfugié à Paris, cousin desdits mineurs à cause de sa femme.
Les biens étant en une maison assise à Paris, rue de Montmartre, paroisse Saint-Eustache, en laquelle lesdits défunt et veuve avaient placés leurs meubles en garde à cause des troubles et guerre.

Je me sers pour la suite.
JD

jeanpaumelinon
jeanpaumelinon
Viestit: 5354
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Le monsieur il ne t'a pas dit qu'il fallait les faire dans l'après midi !!! :lol:
Cordialement
Jean Paul

cdemaz
cdemaz
Viestit: 2828
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour à tous,

mes lectures (deux seulement ;) ) :

[137–149] Le vendredi 3 juin 1594 – Inventaire après le décès de honorable homme Guillaume GRENIER, marchand (mercier) bourgeois de Paris. A la requête de honorable femme Charlotte LEMAISTRE, sa veuve demeurant rue Saint-Denis, paroisse Saint-Sauveur, en son nom. Et en la présence de honorable femme Catherine PASSART, veuve de honorable homme Jean GRENIER, aussi marchand bourgeois de Paris, et habile à être héritière du défunt Guillaume GRENIER, son fils.
Vue 163, cote 5 : 1588 – Contrat de mariage GRENIER x LEMAISTRE. Appert François LEMAISTRE et sa femme, parent de la future.

[137–165] Le mardi 26 avril 1594 – Inventaire après le décès de Claude GASTEAU, marchand bourgeois de Paris. A la requête de honorable femme Marie LESCUYER (signe LECUIER), sa veuve, tant en son nom que comme tutrice et curatrice de Nicolas GASTEAU, âgé de 10 ans ou environ, leur fils mineur. Et en la présence de honorable homme Thomas LE FAIR ( ?), marchand bourgeois de Paris, cousin et subrogé tuteur dudit mineur. Les biens étant en une maison et appartenances d’icelle, sise à Paris, rue Montorgueil, appelée les Vieilles étuves aux femmes, où pend pour enseigne l’Image Saint-Pierre, en laquelle maison la veuve est demeurant.
Vue 171, cote 4 : Marie LESCUYER, marchande publique.

Vu le nombre d’actes au nom de ladite Marie LESCUYER, ce devait être une maîtresse femme.

A bientôt
Christophe.

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Viestit: 6430
jeanpaumelinon kirjoitti:
17 Huhtikuu 2020, 23:47
Le monsieur il ne t'a pas dit qu'il fallait les faire dans l'après midi !!! :lol:
Ça y'est, je suis tracké :x :x
JD

jeanpaumelinon
jeanpaumelinon
Viestit: 5354
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour JD,
Faut pas avoir le trac(k) !!!

Si tu n'aimes pas le tracking, tu fais comme moi tu laisses ton portable chez toi !!!
On ne va quand même pas te mettre une amende parce que tu ne l'as pas emporté, non ?
Cordialement
Jean Paul

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Viestit: 6430
jeanpaumelinon kirjoitti:
18 Huhtikuu 2020, 09:18
tu fais comme moi tu laisses ton portable chez toi !!!
Du coup, ça te sert à quoi, qu'il soit portable :D

Des difficultés avec ces 2 ci (l'écriture du 180 est vraiment pourrie)

[137 - 178] 16 mai 1594 – Inventaire dressé après le décès de feu Simon LEVE, marchand boulanger à Paris, à la requête de sa veuve Catherine NICOLET, demeurant rue Transnonnain, paroisse Saint-Nicolas, en une maison où pend pour enseigne la Pensée, en son nom, pour satisfaire à la coutume et encore à la conservation du droit du posthume dont elle dit être enceinte, et en la présence d’Étienne DUBUT, marchand boulanger, demeurant en la maison où demeurait ledit défunt.

[137 - 180] 21 avril 1594 – Inventaire dressé après le décès des défunts Étienne GRILLART, serrurier à Paris et Perrette RENTIER sa femme, à la requête d’Étienne GRILLART, serrurier demeurant à Paris, rue Saint-Denis, Guillaume DERNEVILLE, maître passementier à Paris et de Marie GRILLART sa femme, demeurant à Paris, en ladite rue Saint-Denis, lesdits Étienne et Marie, frère et sœurs, habiles à être héritiers avec Denise GRILLART leur sœur, chacun pour un tiers des défunts leurs père et mère.
Les biens étant en une maison sise en ladite rue Saint-Denis, au lieu appelé le Pressoir-Sainte-Catherine.

L'enseigne du 178 :
Screenshot_2020-04-18 AN ET-XCI-137 1594 - 1594 Paris (Paris, France) - Geneanet.png
l'apeusle, l'apensle ???
La profession et le prénom du 180 :
Screenshot_2020-04-18 AN ET-XCI-137 1594 - 1594 Paris (Paris, France) - Geneanet(1).png
Bonne journée à tous.
Merci pour votre aide
JD

jeanpaumelinon
jeanpaumelinon
Viestit: 5354
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Pour le portable, il se porte de pièce en piece ...

Pour l'enseigne, peut-être la Pensée

La profession lormier ?
Cordialement
Jean Paul

cdemaz
cdemaz
Viestit: 2828
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour à tous,

pour le 178, je confirme la Pensée de Jean Paul :

Notre clerc coupe curieusement ses mots : enl aprésence (ligne 10), du coup maison del Apensée devient « Maison de La Pensée » – Etienne DUBUC ou DUBUT.

Pour le 180 :
Je lirais plutôt XXIe avril. Avec le ie come dans Etienne, ligne juste au dessous.
La profession c'est Serrurier (on trouve d'ailleurs une paire de soufflets servant à la forge – vue 182)
Je ne vois pas de paroisse Saint-Etienne ;) je lis : [...] GRILLART sa femme, demeurant en ladite rue Saint-Denis, lesdits Étienne et Marie GRILLART, frère et sœurs.
Perrette - oui.

Bonne soirée
Christophe.

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Viestit: 6430
Allez hop, c'est parti :

[137 - 190] 1 avril 1594 – Inventaire dressé après le décès de feu Jean LORE / LORÉE, maître faiseur d’esteufs à Paris, à la requête de sa veuve Françoise HUBARDEAU, demeurant rue du Chaume, paroisse Saint-Jean, en son nom pour satisfaire à la coutume, et comme tutrice naturelle, ayant la charge, gouvernement et légitime administration de la personne et des biens de leur fille mineure Julienne LORE, âgée de 10 ans ou environ, habile à être seule héritière d’icelui défunt, et en la présence de Pierre LORE, praticien à Paris, oncle d’icelle mineure et de Geneviève LOYS sa cousine, femme de Jean ROBIN, aussi maître faiseur d’esteufs à Paris.
Les biens étant en une maison et jeu de paume sis en ladite rue du Chaume.

[137 - 196] 15 mars 1594 – Inventaire dressé après le décès de feu honorable homme Jean VOISIN / VOYSIN, bourgeois de Paris, à la requête de sa veuve honorable femme Nicole NAUDON, demeurant rue Frépillon, paroisse Saint-Nicolas, en son nom et comme ayant fait les obsèques et funérailles dudit défunt, et encore comme tutrice créée et ordonnée par justice aux personnes et biens de leurs filles mineures Marie VOISIN, Isabelle VOISIN et Jeanne VOISIN, et en la présence de Jacques GALLERAN, maître patenôtrier en jais à Paris, oncle à cause de Marie VOISIN sa femme et subrogé tuteur desdites mineures.
(vue 203, cote 7) contrat de mariage.

Bon dimanche à tous.
JD

cdemaz
cdemaz
Viestit: 2828
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonsoir à tous,

et voici mon "hop" bien poussif et tardif, avec de gros doutes, trous, etc. sur le second :

[137–183] Le jeudi 28 avril 1594 – Inventaire après le décès survenu il y a 3 semaines environ, de Claude de MALIGNES (ou MALIGNIES), femme de Roch BERTHELLOT, dit de la ROCHE, maître tapissier de haute lisse à Paris, absent depuis près de 6 ans ou environ. A la requête de honorable homme Charles DUFOUR, maître tissutier rubanier à Paris, demeurant rue des Gravilliers, paroisse Saint-Nicolas, au nom et comme exécuteur du testament de la défunte, au jour de son décès demeurant en ladite rue des Gravilliers, à la Hotte, susdite paroisse. Et encore ledit DUFOUR comme tuteur naturel et légitime des enfants mineurs de lui et de défunte Isabelle de MALIGNIES sa feue femme, qui fut sœur de la défunte, iceux mineurs habiles à être héritiers de la défunte leur tante. Les biens étant en une chambre haute des appartenances de la maison de la Hotte, en laquelle ladite défunte Claude de MALIGNIES était demeurant, montrés par ledit Charles DUFOUR et Jeanne GAIGNON sa femme, et par Denise DUFOUR, femme de Jérôme COMPAIGNON, habile à être héritière de la défunte sa tante, avec les mineurs.

[137–186] Le 16 avril 1594 – Inventaire après le décès de Bastien ODAN (ADAN) (?), maréchal. A la requête de Marie DANIEL, sa veuve demeurant à Paris rue Saint-Martin, au nom et comme ayant fait et frayé les obsèques et funérailles du défunt. Et en la présence de Laurent ODEN, de présent à Paris, cousin germain du défunt, et de Charles ROSSIGNOL, maître chandelier à Paris, hôte dudit défunt et veuve, … l’absence de … PL…, procureur des parents dudit défunt et pour obvier aux frais qu’il eust convenu faire pour faire appeler les frères du défunt, qui sont demeurant loin de cette ville. Les biens étant en une chambre où le défunt était demeurant et serait décédé, des appartenances de la maison où est demeurant ledit ROSSIGNOL.
Vue 188, cote 1 : Contrat de mariage Bastien ADAN x Marie DANIEL.

A demain,
Christophe.
Viimeksi muokannut cdemaz, 21 Huhtikuu 2020, 09:19. Yhteensä muokattu 1 kertaa.

cdemaz
cdemaz
Viestit: 2828
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour à tous,

comme promis me voici avec deux analyses :

[137–214] Le lundi 24 janvier 1594 – Inventaire après le décès de maître Raoul MARGERIE, prêtre habitué en l’église Saint-Nicolas-des-Champs à Paris, survenu samedi dernier (22 janvier 1594). A la requête de vénérable personne Charles ASSELINE, prêtre habitué en l’église monsieur Saint-Nicolas-des-Champs à Paris, au nom et comme fondé de procuration de noble et discrète personne maître Jérôme VARADIER, prêtre curé de ladite église et docteur en théologie en l’Université de Paris, procuration du 11 novembre 1593 devant Filesac et Repérant. Ledit Jérôme VARADIER, exécuteur du testament du défunt. Et en la présence de noble homme maître Germain Gouffié, substitut du procureur du Roi, et aussi en la présence de maître Jean BOURSIN, prêtre habitué en l’église Saint-Séverin à Paris, cousin, et de Jacquette MARGERIE, veuve de Jean RENIER ( ?), meunier, demeurant en la maison ci-après déclarée, où demeurait le défunt Recoul MARGERIE son oncle, et habile à être héritière d’icelui défunt son oncle. Et en la présence de maître Claude HUREAU, procureur audit Châtelet de Paris, et procureur dudit Jérôme VARADIER audit nom d’exécuteur. Les biens étant en une maison et lieux sise à Paris en ladite (sic) rue Saint-Nicolas ( ? Saint-Martin ?), où il était demeurant et où il serait décédé.
Vue 217, cote 1 : 23 avril 1593 – Testament du défunt Raoul MARGERYE.

[137–222] Le lundi 24 janvier 1594 – Inventaire après le décès de honorable homme Robert BONDURANT, marchand et bourgeois de Paris. A la requête de honorable femme Jeanne LEMAIRE, sa veuve demeurant rue au Maire, paroisse Saint-Nicolas, en son nom comme exécutrice du testament du défunt et encore comme tutrice créée et ordonné par justice il y a 5 mois environ, de Robert BONDURANT, âgé de 2 ans environ, leur fils. Et en la présence de honorable homme Cuny BRACONNY (signe BRACONY), maître couvreur de maisons demeurant en la susdite rue et paroisse, subrogé tuteur dudit mineur. Les biens étant en une chambre où ladite veuve est demeurant, et lieux des appartenances d’une maison où ledit BRACONNY est demeurant, sise en ladite rue au Maire.
Vue 230, cote 18 : 1590 – Contrat de mariage Robert BONDURANT x Jeanne LEMAIRE.
Vue 232, cote 28 : 1589 – Inventaire après le décès de Alexandre ESCUYER ( ?), premier mari de ladite Jeanne LEMAIRE.

A bientôt
Christophe.
Viimeksi muokannut cdemaz, 21 Huhtikuu 2020, 09:16. Yhteensä muokattu 1 kertaa.

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Viestit: 6430
cdemaz kirjoitti:
19 Huhtikuu 2020, 19:48
avec de gros doutes, trous, etc. sur le second :
Bonjour à tous
@ Christophe, 2 bricoles pour le 186 :
- Laurent ODEN,
- pour obvier aux frais qu’il eust convenu faire pour faire appeler (les) frères dudit défunt
Le 214 :
- Raoul MARGERIE, lui vivant pareillement prêtre habitué ... (habituellement, c'est toi qui trouve mes "pareillement" :) )

[137 - 204] 8 février 1594 – Inventaire dressé après le décès de défunte Marguerite PERIER, veuve de feu Pierre ROUSSEAU, juré mouleur de bois à Paris (et auparavant de Jean LE DREULX, cf vue 206), à la requête d’honorable personne Mathurin LAMEAU, maître cordier, demeurant à Paris, près le Temple, paroisse Saint-Nicolas, au nom et comme exécuteur du testament et ordonnance de dernière volonté de la défunte, et encore ledit LAMEAU, tant en son nom, à cause de Marie ROUSSEAU sa femme, que comme tuteur et curateur créé et ordonné par justice aux personnes et biens de Charlotte ROUSSEAU, Isabelle ROUSSEAU et Marie ROUSSEAU la jeune, filles mineures de ladite défunte et dudit défunt ROUSSEAU, et en la présence de ladite Marie ROUSSEAU, femme dudit LAMEAU et de Perrette MOREAU, veuve de feu Guillaume BORDIER, demeurant en la maison où icelle défunte est décédée, qui a hanté et fréquenté ladite défunte et gardé durant sa maladie lesdites mineures, sœurs et héritières chacune pour un quart, avec ladite Marie ROUSSEAU l’aînée, femme dudit LAMEAU, d’icelle défunte leur mère.
Les biens étant en une maison assise rue Frépault, près le Temple.
(vue 206, cote 1) inventaire après le décès dudit Pierre ROUSSEAU
(vue 206, cote 2) inventaire à la requête de défunt Jean PERIER, père de ladite défunte, comme héritier de feu Jean PERIER le jeune son fils
(vue 206, cote 4) ledit Jean PERIER le jeune, tuteur de feu Jean LE DREULX le jeune, qui fut fils de Jean LE DREULX et de ladite défunte Marguerite PERIER sa sœur

[137 - 210] 24 janvier 1594 – Inventaire dressé après le décès de feu Jean NYVERT, marchand mercier à Paris, à la requête de sa veuve honorable femme Marguerite MARTYNET, demeurant rue aux Ours, paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles, exécutrice du testament dudit défunt, et pour la conservation de ses droits et conventions matrimoniales portées par leur contrat de mariage, et pour satisfaire à la coutume.
(vue 212) contrat de mariage.

Bonne journée à tous ;)
JD

cdemaz
cdemaz
Viestit: 2828
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
jdp1 kirjoitti:
20 Huhtikuu 2020, 15:47
- Raoul MARGERIE, lui vivant pareillement prêtre habitué ... (habituellement, c'est toi qui trouve mes "pareillement" :) )
C'est cela l'entraide :) Un nouveau regard est souvent utile. Merci JD.

Bonjour à tous. Voici mon lot quotidien :

[137–233] Le mardi 4 janvier 1594 – Inventaire après le décès de Madeleine CHEVREAU. A la requête de son mari, honorable homme Guillaume PIVERT, maître tisserand en toiles demeurant à Paris, rue du Temple, paroisse Saint-Nicolas, tant en son nom que comme exécuteur du testament de la défunte. Et en la présence de Claude CHEVREAU, laboureur demeurant à la Pissotte, près le bois de Vincennes au nom et comme tuteur de Isabelle AUBERT, âgée de 18 ans ou environ, fille mineure de défunt(s) Jean AUBERT et Perrette CHEVREAU, en leur vivant demeurant à Montreuil, et aussi en la présence de Jacques CHEVREAU, cocher de madame la duchesse de Montbaron, majeur de 30 ans ou environ, en son nom. Lesdits Jacques CHEVREAU et Isabelle AUBERT, héritiers chacun pour moitié de la défunte leur tante. Les biens étant en une maison et lieu sise rue du Temple, où ledit PIVERT est demeurant, et en laquelle icelle défunte serait décédée.
Vue 242, cote 10 : 1567 – Donation entre vifs par Collette SAVART, veuve de Jean CHEVREAU, auxdits Guillaume PIVERT et Madeleine CHEVREAU sa femme, fille de ladite veuve, de 3 quartiers et demi de vignes à Montreuil.

[137–243] Le samedi 15 janvier 1594 – Inventaire après le décès de Marguerite GODIN. A la requête de son mari, Claude GUILMET, maître passementier à Paris, demeurant rue et près la porte Saint-Denis, paroisse Saint-Laurent, en son nom et comme tuteur légitime de Jeanne GUILMET, leur fille mineure, âgée de 10 à 11 ans ou environ.

Changeons donc de liasse maintenant.

A bientôt
Christophe.

cdemaz
cdemaz
Viestit: 2828
Sukupuu: Ei-graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Et hop,

[138–17] Le jeudi 9 novembre 1587 – Inventaire après le décès de Jeanne BOUVIER (BOUVYER). A la requête de son mari, Guillaume PIGEAULT (PINGEAULT), maçon tailleur de pierres à Paris, demeurant rue des Gravilliers, paroisse Saint-Nicolas, au nom et comme tuteur naturel de Perrette PIGEAULT, âgée de 13 ans et demi ou environ, leur fille mineure. Et en la présence de Nicolas DEPARIS, marchand de vins à Paris, demeurant ès faubourgs Saint-Denis, oncle de la mineure à cause de Marie BOUVYER, sa femme. Les biens étant en une chambre au premier étage sur le derrière des appartenances d’une maison sise en cette ville de Paris, rue des Gravilliers, devant l’enseigne du Soleil.

[138–34] Le 11 octobre 1587 – Contrat de mariage à la requête de Guillaume PINGEAULT, maçon tailleur de pierres à Paris, demeurant rue des Gravilliers, paroisse Saint-Nicolas, pour et en son nom, assisté de Jacques JOLLI, son cousin d’une part, et Marie de QUINSY (de QUINCY), fille de feus François de QUINSY et de Marguerite LACOULDRE, en leur vivant demeurant à Louvres en Parisis (95380), ladite fille majeure d’ans, servante demeurant en cette ville de Paris, rue de la Grande-Truanderie, à la Crosse, paroisse Saint-Eustache, au logis de la veuve de feu Nicolas LEVESQUE, elle aussi en son nom assistée et en la présence de honorables hommes Pierre GAROT et Simon DEBILLY, marchands bourgeois de Paris, amis de ladite fille d’autre part. Quittance du 21 novembre 1587.

Un contrat de mariage perdu dans les inventaires. Compte tenu des dates, l'inventaire après décès a probablement servi d'inventaire avant mariage.

@ plus
Christophe.

Vastaa Viestiin

Palaa sivulle “Paléographie en français (lecture de textes anciens)”