Vastaa Viestiin

3 bagnards dans l'arbre

sfouet
female
Viestit: 70
Sukupuu: Graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour,

Mon arrière-arrière grand père a été condamné aux travaux forcés par le tribunal de Beauvais et expédié au bagne en Nouvelle Calédonie, en 1868, ou il a terminé sa vie en 1906. J'ai demandé par mail copie du jugement aux AD de l'Oise que j'ai reçu très rapidement (contre paiement) soit 40 pages ! Au travers de ces documents j'ai d'ailleurs découvert que mon ancêtre avait une complice, qu'ils ont vécu ensemble un certain temps et apparemment ils ont eu un (ou des) enfant(s) alors qu'il avait abandonné son fils (placé à l'assistance publique) et sa compagne en Seine Saint-Denis.

Sylvie

dbassanobarat
female
Viestit: 1483
Sukupuu: Graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
@sfouet. Vous pouvez aussi avoir accès à son dossier de bagnard sur le site des archives nationales d'outre mer (ANOM).
Pour les bagnes de Guyane comme de nouvelle Calédonie.
Le site explique très bien la démarche à suivre pour avoir le dossier.

Une fois au bagne la situation des transportés était toujours sous surveillance très forte: un de mes bagnards, anarchiste né à Milan, mais condamné comme droit commun à 8 ans de bagne lors du procès des Trente après les lois"scélérates" en 1894, Italien marié à une française, les journaux de l'époque le disent évadé.L'Ambassade d'Italie demande explication à la France qui répond dans les quinze jours, après enquête à Cayenne, ceci en 1898. (je joins une feuille du dossier concernant cette demande de renseignements)

Nous aussi on a ce bagnard, un autre pour raisons religieuses après la Révocation de l'édit de Nantes et un "felibustier jadis venu des îles de la Martinique", au temps de Louis XIV !
surveillanceitaliefrance.jpg
surveillanceitaliefrance.jpg
Cordialement

genbasit
female
Viestit: 3390
Sukupuu: Graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour,

Que dire lorsque l'on interroge les mises en lignes ANOM, concernant bon nombre de navarrais espagnols, exercant des métiers que le préfet des basses pyrénées ne jugeait pas comme "permettant de vivre".
Donc tous arrétés pour vagabondage (avec assignation dans la commune de domicile) et rupture des bans (ils fallaient bien qu'ils se déplacent pour exercer leur métier - vanniers, scieur de longs, tondeurs de mulets....), condamnés au bagne avec relégation.... autant dire qu'ils n'en sont jamais revenus.

(J'ai aussi consulté les listes d'écrous de la prison de Saint Palais et de celle de Bayonne).

Un moyen de se débarrasser de ceux que le préfet tenait pour population "génante"...

Cordialement.

sfouet
female
Viestit: 70
Sukupuu: Graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour !

Il était en effet très simple comme vous dites de se débarrasser de ceux qui faisaient tâche dans le paysage des "honnêtes gens".

Et en plus, ils n'avaient même pas de dernière demeure terrestre puisqu'ils étaient jetés à la mer après leur dernier souffle de vie.

Cordialement

Sylvie

genbasit
female
Viestit: 3390
Sukupuu: Graafinen
Tarkastele heidän sukupuutaan.
Bonjour,

J'essaye peu à peu de retracer le cheminement de ces bohémiens, gitans ou autres qualificatifs .... d'un côté des Pyrénées comme de l'autre.... longue tache.
Certains à mon avis trop nombreux, ont eu une triste destinée, ceux qui sont revenus côté espagnol représentent encore une population restée pauvre, ceux qui ont réussi à rester en France se sont parfaitement intégrés, mais en Soule, sont , encore plus de 200 ans après ,victimes du tenace qu'en dira t-on... ceux qui ont fait le choix d'immigrer en Amérique latine ont progressé dans leur situation sociale.

Il fut un temps où le bagne était réservé non pas aux seuls auteurs de crimes ou de délits, mais aussi à ceux qui gênaient ou qui étaient différents.
Mes recherches portent pour l'instant principalement sur le pays basque, mais peu à peu j'espère pouvoir élargir celles ci.

Cordialement.

Vastaa Viestiin

Palaa sivulle “Les records de la généalogie”